Archive pour le mot-clef ‘générations futures’

« Pesticides ? Nos enfants n’en ont pas besoin pour bien pousser ! »

Mardi 20 mars 2012

Le groupe Léa Nature et sa marque Jardin Bio lancent un appel aux candidats à la présidentielle !

Du 20 au 30 mars 2012 aura lieu la 7e édition de la Semaine Européenne des Alternatives aux Pesticides. Lors de cette occasion, le groupe Léa Nature lance une campagne de communication pour interpeller le futur président de la République, et l’opinion publique.

En France, nous sommes  le premier pays européen utilisateur de pesticides, selon l’association Générations Futures, avec pas moins de 65 000 tonnes utilisées, dont 90% en agriculture.

Cette campagne a pour but de sensibiliser un maximum de personnes sur les atteintes à la santé possibles, dues à l’utilisation massive de pesticides dans l’agriculture conventionnelle dont on retrouve des résidus dans l’alimentation. Les candidats se doivent de prendre en considération ce problème majeur de santé publique.

 

Aujourd’hui, il leur est demandé d’accentuer la mise en œuvre d’une agriculture de haute qualité environnementale, comme l’agriculture biologique.

 

Léa Nature, et sa marque Jardin Bio, s’appuient sur une étude de l’association Générations Futures qui démontre qu’un enfant est exposé aux pesticides bien avant sa naissance : le placenta peut contenir en moyenne 8 substances polluantes chimiques différentes*.

Quatre associations environnementales soutiennent cette campagne en faveur d’une agriculture et d’une alimentation saines sans pesticides : Générations futures, APPEL de la Jeunesse, ARTAC et le CRIIGEN.

 

L’équipe Biogis est ravie de pouvoir attirer votre attention sur  cette campagne et souhaite que les candidats écoutent attentivement, avant d’agir pour un avenir propre.

 

* D’après une étude de « Maternal-child exposure via the placenta to environmental chemical substances with hormonal activity »

Manger bio – Réagissez face à l’évidence

Lundi 16 mai 2011

En lisant des articles dans des magazines, on se demande pourquoi les agriculteurs continuent à utiliser des pesticides alors que les études montrent clairement qu’ils peuvent tuer.

D’après OMS (l’Organisation Mondiale de la Santé), il y aurait dans le monde plus d’un million de graves empoisonnements par les pesticides et plus de 200 000 décès !

En plus, une récente étude par Générations Futures* montre bien que ceux qui manipulent ces produits ne sont pas les seules personnes à risque.  L’étude a prouvé la présence d’une dizaine de pesticides dans le repas quotidien d’un enfant de 10 ans.

Qu’attendent les autorités pour réagir ? Qu’attendent les agriculteurs pour se protéger ? Qu’attendons nous pour privilégier les achats bio ?

Biogis vous encourage à vous nourrir avec des produits issus de l’agriculture biologique. En le faisant, vous vous protégez, vous encouragez le développement de cette agriculture et vous aider les agriculteurs à faire le pas vers la conversion…n’attendez plus !

 

*www.generations-futures.com

Un viticulteur décéde suite à une leucémie – les pesticides sont au centre des soupçons

Mercredi 19 janvier 2011

Quelle tristesse. Un viticulteur âgé de seulement 43 ans est décédé des suites d’une leucémie le 15 janvier.

Encore plus triste, Monsieur Yannick Chénet est tombé malade à cause des produits qu’il utilisait pour son activité. Sa maladie est reconnue comme maladie professionnelle.

« …des agriculteurs payent de leur vie le prix de la légèreté avec laquelle on a laissé se développer un système agricole basé sur une forte tolérance vis-à-vis de produits très toxiques »  Ces mots ont été prononcés par Monsieur François Veillerette, président de l’association Générations futures. (voir article sur metrofrance.com)

Cela devrait faire réfléchir ! Tous ces produits utilisés dans l’agriculture se trouvent dans la nature – dans l’eau, l’air, le sol… Comment se fait-il, si ces produits sont aussi toxiques, que les informations ne soient pas à notre disposition. Est-ce que ces produits se retrouvent dans les produits finis, le vin, par exemple ?

La mort de cet homme ne doit pas être oubliée, jamais. Elle doit faire sonner des alarmes, mettre sous le feu des projecteurs la toxicité des produits utilisés en agriculture conventionnelle – et leurs conséquences sur l’homme.

Consommateurs, réagissez. Regardez de bien plus près ce que vous achetez et posez vous les bonnes questions avant de les donner à vous-même et à votre famille.

Biogis continuera à mettre les renseignements à votre disposition.